Critique de la démagogie pure

LES INTELLECTUELS

L’intellectuel est honni, faut dire qu’il en rajoute: bon élève, prétentieux. La subtile course à la démolition de son arrogante bien-pensance est une charge constante qui ne cesse d’alimenter la créativité de nos anars.

Les intellectuels ont le mal du réel

L’hostilité des anarchistes de droite à l’encontre des écrivains, philosophes, journalistes « mainstream »n’est pas seulement lié à des options partisanes ; elle vise tout ce qui est d’obédience strictement théorique, tous ceux qui font passer leur goût de l’hypothèse et de la métaphore avant le sens de l’expérimentation et les dures leçons de faits. Les anars de droite stigmatisent l’enfermement de certains penseurs dans le monde des idées, dénoncent un entêtement doublé d’impuissance.

A son fondement, il y a le ressentiment à l’égard du mode de reproduction à composante scolaire, à savoir la méritocratie républicaine qui a permis la promotion d’élites auto alimentées.

La croyance en l’école est l’illusion sur laquelle repose l’erreur démocratique, à qui l’on doit l’avènement de l’individualisme et de l’utilitarisme matérialiste. C’est pour cette raison qu’ils aiment à se décrire self-made-man, en opposition avec les autres.

Produire des idées ne suffit pas, sinon on reste dans la spéculation gratuite ou les délices de l’imaginaire. Ce mouvement lutte contre ceux qui privilégient le sens de la métaphore au détriment de l’expérimentation, qui se bornent à exceller dans la culpabilisation.

http://www.wat.tv/video/qi-130-pierre-desproges-1reft_2gh7d_.html

La droite intellectuelle n’est nullement épargnée ; aucun accommodement n’est de mise quand il s’agit de dénoncer le divorce entre la pensée et la réalité. Qu’il suffise d’évoquer Pauwels: «La droite la plus bête du monde », « Mauriac sous de Gaulle » qui valut un procès à Jacques Laurent…

Les intellectuels cèdent aux délices de l’imaginaire et aux vertiges existentiels tout en prétendant assumer la responsabilité d’une hypothétique conscience universelle. « la fuite vers l’abstrait est la lâcheté même de l’artiste »(Céline). Au fond il s’agit moins de convaincre le public que de le discipliner. Les représentants du savoir acceptent qu’on pose les questions à condition qu’ils fournissent les réponses.

Les anarchistes de droite, quitte à être empli du plus lourd des pessimismes préfèrent chercher une autre réalité, souvent inconfortable, aux errements et falsifications des intellectuels.

L’illusion progressiste

La première idée fausse qu’il leur paraît nécessaire de dissiper c’est cette représentation que se font les démocrates du « sens de l’histoire ».

Cet ensemble de visions indémontables selon laquelle le finalisme historique serait une réalité et l’émergence de la démocratie un progrès décisif. Nimier : « Les révolutions veulent changer le monde, mais le monde ne les attend pas pour changer. Tant qu’il s’agit d’argent, de réformes, on peut compter sur le cours de l’histoire. Les hommes ne savent que précipiter les situations qu’ils n’ont pas crées. ».

Tous dénoncent la décadence. L’occident vit une ère de décadence, on dissimule cet état de fait par des déclarations incessamment grandiloquentes. Il n’y aurait que peu d’évolution intellectuelle et morale à attendre de la culture contemporaine. Une culture mangée par sa civilisation technique, désertée par sa spiritualité, homogénéisé.

Impasse individuelle, cul-de-sac collectif, réalité de violence et d’impuissance, l’univers contemporain traduit tous les paroxysmes négatifs possibles en matière de choix moraux et politiques. Ils jugent les intellectuels en grande partie responsables de cet état de choses, de la facilité avec laquelle ces penseurs cultivent les utopies.

La bonté originelle de l’homme est le mythe contre lequel ils s’insurgent. « Toute l’ignoble imposture de Jean Jacques : l’homme est bon » (Céline). Les progressistes considéreraient bien l’homme imparfait, mais souvent victime des circonstances, trop sensible aux emballements collectifs, entêtés dans ses vices et dans ses erreurs.

Pour les anarchistes de droite l’homme est au fond animal et instinctif. La fameuse devise d’Hobbes : l’homme est un loup pour l’homme est une hymne qu’ils incarnent. L’homme ne peut prendre une dimension morale, vraiment humaine, que s’il domine et sublime son animalité, sans se soumettre à quelque consensus généralisé. Les intellectuels noient le poisson par des procès d’intention, des bondieuseries grandiloquentes et une phraséologie pseudo-savante. Ils ne s’attendent à aucune évolution positive du processus de moyennisation de l’individu, de l’égalitarisme ambiant, d’individus déboussolés par sa technique.

Ce qui détermine la violence des attaques contre les intellectuels, c’est moins leur irréalisme, que ce qu’ils jugent être une lâcheté morale et politique, qui, répercutée par la médiasphère exerce une influence qu’ils jugent néfaste sur l’opinion publique. Le summum de la rage est de voir l’intellectuel pseudo gauchisant exercer le pouvoir, pire lui donner des ordres. L’Anar de droite est avant tout tête brulée, il ne faut pas le pousser bien loin pour lui faire avouer tout le mépris qu’il ressent devant ceux qu’ils jugent embusqués intellectuels.

De la perversion au terrorisme idéologique

Aucune évolution positive à attendre d’une culture mangée par sa civilisation technique, désertée par sa spiritualité, trop sensibles aux emballements collectifs. Répétitifs dans leurs erreurs et vices, beaucoup d’intellectuels n’analysent plus ; ils confessent en long et en large une foi auto-proclamée de représentants de camp du Bien en vue d’obtenir un brevet de perfection. La bataille qu’ils engagent ne vise plus à éclairer, elle a pour objectif de disqualifier. Leur éthique unis vers l’universalisme les expose à rester pour nos anars un objet d’exécration constant.

Un tel comportement serait sans importance si ces intellectuels se contentaient d’être des créateurs littéraire ou des bâtisseurs philosophiques ; mais comme ils se mêlent de déterminer de nouvelles orientations sociétales : leur confusion, amateurisme, irresponsabilité et de facto immunité constituent un danger qu’ils ne manquent pas de dénoncer.L’intellectuel se distingue du savant et du poète en ce qu’il est compulsivement animé d’un projet d’influence. Ce quémandeur d ‘espace médiatique est poussé à parasiter pour exister.

Les médias se sont sanctuarisés en se normalisant. Ils se sont rangés. Les « moi »ont perdu, mais le « nous »a gagné. Il s’émancipe et nous enchaine.

L’homme est au fond animal et instinctif. Ne peut prendre une dimension morale vraiment humaine que s’il domine, sublime, renie son animalité et ne se soumet jamais au consensus général et à la médiocrité. L’homme ne peut jouir que des droits que lui confèrent ses propres qualités. Les droits passent après les devoirs

Notre anarchiste garde une mentalité tête brulé, il ne faut pas trop le pousser pour lui faire avouer tout le mépris qu’il porte à ces embusqués intellectuellement illégitimes, moralement nuisibles.

L’homme moderne, cristallisation des ravages de la médiocrité rampante, rassemble tous les maux. L’homme moderne « peut en même temps vouloir la liberté intégrale et exiger sans cesse de nouvelles lois répressives et de nouveaux carnavals de repentance. Comme le chrétien se prépare à la mort, le moderne se prépare à la retraite »

Intellectuellement illégitimes, moralement nuisibles; non seulement les intellectuels ne remplissent pas leur rôle de guides, mais aussi pourrissent les fondements naturels et culturels de la société. Ils cèdent aux délices de l’imaginaire et aux vertiges existentiels tout en prétendant assumer la responsabilité d’une hypothétique conscience universelle. Leurs prises de position ressemblent trop souvent à des tentatives désespérés de prendre le train en marche en s’efforçant de faire croire qu’ils sont eux mêmes les locomotives. Les médias ont en grande partie perdu leur pouvoir de faire l’opinion. Ils en conservent un autre, tout aussi redoutable, qui est celui d’édicter des normes, de fixer le cadre de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas. Au fond il s’agit moins de convaincre le public que de le discipliner.

« La ligue des droits de l’homme est très inquiète. Elle demande tous les jours avec angoisse si on en fusille assez» (Anouilh).

Publicités

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s