Documentaire évènement : Les Hussards

http://www.ina.fr/video/CPD15002121

Entre la Libération et les débuts de la Ve, la République des Lettres s’enorgueillit d’un petit parti informel qu’on baptisa « Hussards ».
Ses membres les plus éminents s’appelaient Roger Nimier, Jacques Laurent et Antoine Blondin.

De la même génération, 6 ans séparent l’ainé (Laurent) du cadet (Nimier), qui eurent 20 ans (ou un peu plus) en 45.
Ce groupe, identifié par le côté adverse, apparaît comme non organisé, dépourvu de chef véritable.

Sans réunion ni manifeste ni profession de foi. Hussard désigna finalement une manière d’être : un non-conformisme confinant à l’espièglerie ou à l’irrespect, que l’on peut bien taxer de dandysme.
Sans pour autant renier ce nom, légitimé par l’histoire littéraire, le qualificatif moins martial de désenchantés leur conviendrait sans doute mieux.

hus

Malgré la courte dizaine d’années que dura leur cycle d’activité, les hussards tiennent dans l’histoire littéraire lieu d’école de la désinvolture. Leur destinée s’écrit comme un roman: il s’agit d’une épopée que l’on devine d’avance condamnée. Tour à tour romanciers, reporters, piliers de bars, scénaristes, directeurs de rédaction, éditeurs ou ennemis publics, ils crament la vie le souffle au cœur, avec la fougue de ceux qui n’ont rien à perdre.

8 ères minutes offertes sur le site de l’INA

ou à voir sur la chaine Histoire

http://www.ina.fr/video/CPD15002121

 

Publicités

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s