Nimier et les épées du Hussard bleu

Extraits illustrés des Épées (1948) et du Hussard bleu (1950). L’anti-héros Sanders a-t-il tué sous les ordres de la Résistance ou de la Milice ? Si Roger Nimier cherche ici à brouiller les pistes narratives, c’est pour mieux brouiller les cartes idéologiques. Dans cette guerre fratricide, pourquoi le meurtre au nom de la Résistance vaudrait-il des médailles, alors que tuer pour l’autre parti entraînerait une mise à mort certaine ?
Provocateur né, Roger Nimier a combattu dans la caté­gorie mi-lourd de la littérature. Ses upper­cuts ont dérouté son époque. La rapidité de ses déplacements, l’efficacité de ses esquives lui ont valu mauvaise réputation. Reste le style, que l’Histoire n’a pas encore momifié. Musicien de la langue; orchestrateur, chacun de ses textes est accompagné d’une harmonie impalpable et pourtant ronde, cuivrée. Ce goût de la taquinerie, ce petit sadisme humoristique, cette grimace à peine sensible, étaient le dernier reste d’une blessure que l’indifférence du dandy n’arrivera jamais pas à tout à fait dissimuler…

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s