« Rien à faire avec nous autres. On est tout pourris de naissance »

Lectures illustrées de deux passages signifiants du Voyage au bout de la nuit, dans lesquels tout parait limpide, où les mots et les vérités définitives coulent avec cette aisance qui n’est jamais si grande que lorsqu’on a passé son existence à s’exercer.

« Ah camarades, ce monde n’est je vous l’assure qu’une immense entreprise à se foutre du monde !  » + « Les jeunes c’est toujours si pressé d’aller faire l’amour ça se dépêche de saisir tout ce qu’on leur donne pour s’amuser… »

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s